L'origine du Village et de son Nom

Le village de MoumourL'Origine du village

A l’origine MOUMOUR est un castelnaut, (comme AREN, PRECHACQ-JOSBAIGT) en opposition aux "SAUVETS" construits par les ecclésiastiques (LUC DE BEARN) et les BASTIDES, crées par le Vicomte de BEARN (CARDESSE - HERRERE.....).

Il y avait au départ un poste de guet pour surveiller le gave et le Vert ainsi que la route OLORON - SAUVETERRE et celle dite de CESAR, longeant le Vert sur la rive gauche jusqu’à OLORON - BARCUS en passant par le bois de Berbielle (Vallée du Vert ). Ce poste de guet s’est petit à petit transformé jusqu’à devenir un château dont les fondations datent des 10 et 11ème siècles. Devant ce "castet" et sur le seul côté facilement accessible, des maisons se sont construites pour abriter les employés et les métayers mais surtout pour servir de protection rapprochée. MOUMOUR était né.

Ces premières maisons forment le quartier de LEMBARRY, qui vient de "Embarat", c’est à dire l’enfermement. C’était en quelque sorte, la conciergerie du château...

Le château d'eau à gauche et le vrai château à droite!On parle de Moumour au XIè siècle à cause d’un seigneur un peut... bandit!

Mais au VIIIè siècle déjà il y aurait eu un campement Maure. Y avait-il aussi un village?

En 1212, après la défaite des Albigeois, le vicomte de Béarn fut excommunié. Plus tard, pour se faire pardonner, il "offrit" plusieurs domaines ou faveurs, aux Evêques d’Oloron qui ajoutèrent à leur titre, en 1215, celui de Baron de Moumour.

C’est ainsi que notre village devint leur résidence d’été jusqu’en 1790.

 

Le CampgrandL'Origine du Nom

MOUMOUR: c’est un mot doux qui se murmure plus qu’il ne se prononce, qui évoque des mots tendres et éternels avec lesquels il rime, mais aussi des lieux tels que : CAMGRAN

- PETROT - les SALIERES - les PITCHOURES - la SERRE - rue GUITTE.

A l’école, on nous apprenait que Les SalieresMOUMOUR, en maure, signifiait "entre deux eaux" ce qui justifiait le nom de notre village, situé au confluent du gave d’OLORON et du Vert. Les historiens pensent autrement.


D’après Faget de BAURE, MOUMOUR, signifierait "Montagne des Maures", à rapprocher avec le "Turon des Mourus" à Lay, ou à la "Houn Dous Mourous" à Oloron.

D’après P.TUCOO CHALAS, s’il y a eu des occupants romains, visigoths, anglais.... en Béarn, il n’y a jamais eu d’occupant Maure ou Arabe...

Pour Michel GROSCLAUDE, MOUMOUR, vient de "Mont" 1ère et 2è partie.

La mairieExplications: Toutes les graphies du 13è et 14è siècle (Momor) permettent de supposer que la 1ère partie du toponyme, serait "Mont".

Pour la 2è partie, d’après l’auteur, il est impossible d’y voir l’antroponyme "Maur". Il penche donc pour l’oronyme pré-indo-européen "Mor" ( comme Morlanne - Morlaas - Mourenx... )

Dans ces conditions MOUMOUR pourrait-être un doublet composé d’un oronyme pré-indo-européen "Mor" précédé du mot latin "Monten" tous deux signifiant "Hauteur - lieu élevé - Mont".

Conclusion: MOUMOUR est composé d’un doublet tautologique de "Mont" (latin "Montein") et "Mor", oronyme pré-indo-européen, tous deux signifiant "Hauteur".

Orthographe restituée: "MOMOR".

Prononciation locale: "MUMU" (MOUMOU)

Orthographe retrouvée à travers les âges sur divers documents:L'alimentation

1249: Castet de "MOMOR" ( acte notarié)

1308: Castet de "MOMOR" ( acte notarié)

1322: MONTMOO (Charte de Josbaigt)

1385: MONMOR (Recensement de Gaston Fébus)

1727: MOUMOU (Archives départementales)

1785: MOUMOUR (Carte CASSINI)

 

Les noms de Moumour

Les noms propres, qu'il s'agisse des toponymes ou des patronymes, ne sont jamais une suite de syllabes dénuées de sens. Même déformés, ils gardent toujours une racine ayant un rapport avec l'homme ou le lieux qui les porte. Ainsi l'étude des noms de rues, chemins et lieux-dits est-elle intéressante : que nous apprennent ceux de MOUMOUR, sur notre passé ?

Pour connaître leur sens, nous avons utilisé le dictionnaire "du béarnais et gascon moderne" de Simien PALAY, (édition du CNRS) et les dictionnaires étymologiques des noms propres de Michel GROSCLAUDE.

Eliminons tout d'abord les chemins portant des noms de famille : BORDELONGUE, TOUYARET, TALOU, SAHORES,TASTILLAT, MENDIENDOU, LOUYAN, TOULOUSE, MENDIONDOU.... ils portent le nom du propriétaire de la parcelle qu'ils desservent.

Les noms des rues:

LEMBARRY: vient de "embarrat", l'enfermement, l'enclos. Les maisons de cette rue servaient de protection au château, elles l'enfermaient = rue de l'enfermement.

BOULAÜ: le boulaü, c'est la grosse boule du jeu de quilles et, par extension, le lieu où l'on joue à ce jeu - le quiller = la rue du quiller.

CARREROT: petite rue.

GUITTE: la rue des canards. La légende assure qu'il y avait des trous importants où les canards pataugeaient. je pense que cela désigne simplement le chemin emprunté par les oies et les canards pour aller se baigner au canal ou au Vert.

LONGUE: sa longueur ne justifie pas son nom sauf si on sait qu'elle allait jusqu'à LARDIT où vivaient autrefois 4 ou 5 familles.

HARGOUETTE: vient de "hargué", forgeron = rue de la petite forge.

HEAROT: vient de "héadè" bon à faner (pré), chemin des petits près.

DELESTOU: mot composé de la première syllabe du nom des 3 sœurs qui ont vendu le terrain; DEnis - LESté - TOUnissoux.

LASSERRE: porte le nom du lieu dit "SERRE" signifie colline, hauteur ou mont = chemin de la colline.

BIALE: vient de "Bié", sentier menant au hameau et "bialè" hameau ou domaine à l'écart du bourg. Les premières maisons de ce quartier devaient constituer le hameau du village = chemin du hameau.

COUSTALAT: signifie montée, pente d'un coteau = chemin du pied du coteau.

GOUATS: vient de "goat" ou de "güat", gué. Il y avait un gué là où se trouve le pont du GOUAT = chemin menant au gué.

PETROT: porte le nom du lieu-dit. Vient du diminutif "pètre" qui signifie pierre ou rocher. Il y avait une grande carrière, juste après les dernières maisons, qui a servi à la construction du château et des maisons = chemin de carrière.

LACARRIÜ: vient de "carieü" : chemin ou lit de rivière. Avant la construction des égouts, beaucoup d'eau venant du haut du village, passait par là pour se jeter dans le canal et avait creusé de nombreuses "carieü".

LA MIELLE: porte le nom du ruisseau qui le longe. Autrefois s'appelait "chemin des près" et, sur un vieux document de l'Equipement :"cami d'eü poun dey César". Supprimez les deux premiers mots et le dernier, il vous reste "poun dey" (pondey).

Les chemins:

BOURDAS: vient de "Bordes" qui signifie grange et domaine = chemin du domaine des granges.

GABAOUCE: qui vient du nord = chemin du nord.

LARAGNOU: "arragnou" = prunellier sauvage.

CAMINAÜ: chemin neuf.

PLANTE: terrain planté d'arbres en quinconces....

BACOS: chemin des vaches.

TACHOU: chemin des blaireaux.

Les lieux dits:

ILHASSE: vient de "héas", prairie. Il y avait autrefois une métairie et certainement de nombreuses prairies.

LARDIT: vient de "liard", la plus petite monnaie. Désigne une personne avare, économe mais aussi une personne pauvre = c'était, nous le verrons bientôt le coin des pauvres.

COUADARASSE: vient de "coua" colline et "arrassa", couper à ras = colline qu'on fauche.

BEUCUS: signifie épineux = lieu planté d'épineux.

PITCHOURES: vient de "piotar", gicler en gouttes = sources.

BARTOUILLES: vient de "barta", friche au bord des rivières.

SALHIERES: vient de "salhi", endroit où ça sort; de nombreuses sources sortent à cet endroit.

Le camgran